Hello (new) World

Où ça parle chèvres & complexité

Oh hi !
Bien le bonjour, visiteur.
Si vous êtes ici, c'est que vous êtes forcément quelqu'un de curieux... Et ça c'est cool.
En tant que personne curieuse, et donc intéressée par son environnement, ça ne vous aura pas échappé que nous vivons dans une période sacrément complexe.

Il y a encore de ça quelques milliers d'années, ça allait. On était plus ou moins pépère à élever des chèvres, et avant qu'une nouvelle techno ne révolutionne le business fromager, ou que le système global n'évolue, y'avait de la marge.

Où ça parle changements

Puis sont arrivés l'écriture, la philosophie, l'imprimerie, la catapulte, la méthode scientifique, la révolution industrielle, Internet... Et plus ça va, plus les choses se sont mises à tourner. A évoluer et changer vite. En fait, de plus en plus vite. (Des gens malins ont théorisé tout ça, mais ce n'est pas forcément le propos.1)

A l'échelle de notre génération, ces changements et évolutions sont tellement rapides qu'elles donnent le vertige. Que ce soit dans les milieux pro ou en tant que personne, les changements technologiques et sociétaux sont devenu tellement rapides que l'on peut les sentir.
C'est pas fou ça ?

Et le Net dans tout ça ?

Le Web a joué à la fois un rôle d'acteur et de catalyseur formidable de tout ça, via sa capacité à poser, lier, faire évoluer et faire circuler les idées.

Essayez donc de mesurer les impacts sociétaux croisés de :

  • La démocratisation de l'accès à Internet
  • L'explosion des médias sociaux
  • L'essor des capacités de stockage, d'analyse, de transmission et d'ouverture des données
  • La multiplication des plateformes collaboratives et des procédés de stockage/partage de connaissance (Wikis, Thinktanks, outils d'apprentissage, de Crowsourcing & Crowfunding...)
  • L'augmentation de la puissance de calcul et la diminution des coûts
  • L'ouverture des brevets & du code via les initiatives Open Source, Creative Commons et autres
  • La démocratisation des outils de création & des Frameworks

    Pas facile, n'est-ce pas ?

    Où ça parle révolutions

    Après avoir démultiplié les possibilités dans des domaines plutôt abstraits, la "révolution numérique"2 (révolution technologique3 ? révolution de la connaissance ?4) est en train - et c'est loin d'être terminé - de bousculer l'économie "classique" (voir sharing economy5, économie circulaire6).
    Demandez un peu à Pascal Nègre ce qu'il en pense.

    Et ce raz de marée du changement lorgne désormais du côté du monde "physique" :
    Allez donc fouiller du côté de la démocratisation des APIs7, de l'Internet des objets8, du BioHacking9 & des nanotechnologies10 ou encore des mouvements Maker11, Open-Design12, Open-Hardware13, ou encore de l'essor des Tiers Lieux14 si vous avez des doutes.

    Ok, c'est bien beau tout ça, mais nous, à notre toute petite échelle, on fait quoi ?
    On se recroqueville en position fœtale, en attendant que ça passe ?
    On s'accroche à nos acquis, par peur du changement ?

    Où ça parle Point Break

    ...Ou alors on prend ces (r)évolutions comme autant d'opportunités, et de moyens de s'amuser. Et, tel un Patrick "The Bodhi" Swayze, on tente de surfer la grosse vague ?

    Je ne sais pas vous, mais de notre côté on a décidé qu'on allait se mettre au surf.
    C'est pas gagné (surtout vu les compétences sportives de l'équipe), et on risque de se bouffer pas mal d'eau de mer et de coquillages dans le slip.

    Mais au moins, hey ! Quel que soit le résultat, on aura essayé.
    C'est le but du Uzful Lab.

    alt

    Pourquoi "Uzful" ?

    Qu'on le veuille ou non, nous vivons dans un monde en grande partie piloté par des règles économiques15. Les entreprises peuvent donc logiquement devenir un moteur de changement positif formidable, pour peu qu'elles le souhaitent. Et qu'elles s'en donnent la peine.

    C'est la volonté de départ de Uzful, l'agence :
    Utiliser les leviers du web social et du marketing pour accompagner les entreprises à devenir plus utiles. Vis à vis de leurs clients, sociétalement, et in-fine pour elles mêmes.

    Cette approche fonctionne, mais on peut aller plus loin. Pour mieux conseiller les sociétés, associations et individus, il nous faut une structure pour expérimenter, apprendre, et appliquer notre propre vision des choses. Pour non seulement comprendre, mais aussi provoquer les changements.

    Pourquoi un "lab" ?

    Zone d'expérimentation, laboratoire, initiative de test en temps réel, appelez-le comme vous voulez. C'est une structure souple, qui peut évoluer rapidement, et a la capacité de se réinventer elle-même.
    Tester de nouveaux process et schemas d'organisation fait partie intégrante de l'aventure.

    Notre mission

    A court terme
    Tester des choses. Se vautrer. Apprendre. S'améliorer. Recommencer.

    A moyen terme
    Aider l'agence Uzful à mieux accompagner les entreprises, institutions, associations, startups & individus à naviguer dans cet océan des possibles. En s'aidant de nos propres expériences.

    A long terme
    Développer nos propres outils, services ou objets.
    Affiner et appliquer de nouveaux frameworks/process créatifs et organisationnels.

    En fil rouge: l'utilité

    Bon, vous l'aurez deviné, c'est un peu ça notre marque de fabrique.
    On souhaite faire les choses bien, qu'elles aient un sens, et in-fine un impact utile. (Ce qui ne va pas forcément sauter aux yeux dès les premiers projets. Mais si on se demmerde bien, ça devrait arriver vite.)

    “Make the world work for 100% of humanity in the shortest possible time, with spontaneous cooperation and without ecological damage or disadvantage of anyone.”
    - Buckminster “bucky” Fuller


    Comment faire ?

    Concrètement, c'est un plan qui fonctionne en trois parties :
    (AKA "les trois mamelles" du plan)

    → MAKE

    C'est la première étape, elle est plutôt simple : "Faire des choses".
    Développer des idées en mode projet. Le faire vite, commencer par un petit périmètre le plus restreint possible, et le faire grandir seulement si nécessaire.
    (On parle ici de projets de dispositifs, services ou interfaces web, nouveaux process et/ou "vrais" objets.)

    Et comment qu'on choisis-tu, chef ?
    L'équipe se réunit régulièrement, et quand une idée a du potentiel et rentre dans une grille d'évaluation maison, on se lance dans sa réalisation.

    → LEARN

    Via cette approche projet, on souhaite tester le plus de nouvelles technos, process, outils ou services possibles. Et poser des bilans à chaque fin de projet pour apprendre de nos erreurs.
    Ce qui devrait, si tout va bien, nous permettre de gagner en connaissance et en compétence sur pas mal de sujets.

    → SHARE

    Dernière étape : On va essayer de documenter et de partager un maximum de choses.
    Pour les partager en interne, mais aussi à tous ceux que ça peut intéresser.
    (Les infos que vous trouverez ici sont brutes : pour un accompagnement sur mesure, et un accès aux supports et outils ordonnés, l'agence développe une offre de formation dédiée.)

    En gros, le lab se veut aussi être un lieu d'échange, de partage de connaissances, et de création de lien.

    Ok, ça fait un peu hippie dit comme ça, mais en vrai ça tombe sous le sens :
    1/ On n'arrivera clairement à rien tous seuls dans notre coin
    2/ Le partage de connaissance fait partie de l'ADN de ce que l'on étudie
    3/ Sans feedbacks, n'importe quel projet est voué à l'échec
    4/ Discuter avec des gens autour d'une pinte, ça tombe bien, c'est un truc qu'on aime bien faire

    Dans cette optique, si vous souhaitez passer pour discuter plan de conquête d'amélioration du monde avec nous, il ne faut pas hésiter !*
    (*sous réserve que vous payiez les croissants)

    Où ça conclue

    Merci à ceux qui ont tout lu <3
    La bise, et à bientôt !

    Quittons-nous sur quelques citations de gens bien :

    “The Best way to predict the Future is to design it” - Buckminster “bucky” Fuller

    “Atoms are the new bits” - Chris Anderson

    “Act always so as to increase the total number of choices” - Heinz Von Foerster

    “Philippe ! Je sais où tu te caches !” - Mike Abbott




    Et en bonus, de la lecture pour les longues soirées d'hiver :